Reconstitution

RECONSTITUTION

Texte et mise en scène Pascal Rambert

Avec Véro Dahuron - Guy Delamotte

Production Le Panta-théâtre / coproduction structure production

photo Tristan Jeanne-Valès

dossier du spectacle

 

Pascal Rambert parle de reconstitution sur theatrecontemporain.net, découvrez la vidéo ici

 

 

L'histoire est simple et vraie. Nous sommes venus Audrey Bonnet et moi jouer Clôture de l'amour au Panta théâtre en février 2015. Je ne connaissais ni Veronique. Ni Guy. Depuis plusieurs saisons, Pauline Roussille, ma directrice de production disait : " Il y a les gens du Panta théâtre à Caen qui voudraient Clôture. On devrait trouver un moment pour y aller." Ce que nous avons fait. J'ai aimé ce moment au Panta. On a dîné tous ensemble. J'ai aimé parce que c'était bon et qu'on dîne sous les gradins - quasi - de la scène où on joue. Et ça, ça m'a beaucoup plu. Quelques semaines plus tard à Mexico City je rencontre le fils de Veronique et Guy qui me demande de lui dédicacer Clôture de l'amour pour eux. Ce que je fais. On revient avec Audrey Bonnet en avril 2016 pour jouer - c'est, je dois le dire, l'unique lieu où on l'aura fait - Clôture de l'amour encore. Même chaleur. Même public. Même repas. Même joie. Quand Veronique m'a demandé d'écrire pour eux j'ai dit oui. J'écris donc pour Veronique et Guy "  RECONSTITUTION ". Je sais que ce sont deux personnes qui se sont aimées qui se retrouvent pour tenter de reconstituer le moment où elles se sont rencontrées et les conséquences que cette rencontre a eu sur leur vie jusqu'à aujourd'hui. Le mieux sera de venir voir. Car parler d'une pièce avant - ce n'est jamais bien.

pascal rambert

 

La presse (extraits)
 
Comme une suite attendue à son fameux Clôture de l'amour, Pascal Rambert orchestre les retrouvailles amoureuses d'un couple avec RECONSTITUTION, sa dernière pièce.
Sachez seulement que l'exercice de style brillant offre à deux âmes l'occasion de se mettre à nu ; il se partage comme un secret révélé et s'inscrit pour longtemps au plus intime de nos mémoires.
Les Inrockuptibles
 
Reconstitution pudique et brûlante à la fois d’un coup de foudre amoureux sous la pluie.
Les deux comédiens sont saisissants de délicatesse, de pudeur, de chagrins ravalés. A travers eux se dit, se voit, se lit l’amour qui meurt. Malgré soi. Malgré l’autre.
Télérama
 
RECONSTITUTION est bien une histoire universelle. Intense, tendre et d’une grande beauté indéfinie.
Guy et Véronique, timides comme au premier jour, plus fragiles peut-être. Sensibles et émouvants.
L’Humanité
 
Jouer avec le feu, celui des émotions les plus intimes.
C’est un texte de chair que nous livre Pascal RAMBERT à travers la révolte de Véronique.
Un texte qui fait mal qui est cru mais parce qu’il force cette chair de femme et d’homme à parler, nous émeut, nous bouleverse.
Le Monde.fr
 
Jamais aussi captivant, brillant, que quand il parle d’amour, Pascal Rambert signe avec Reconstitution, une pièce enflammée, exaltée qui touche l’âme et que le jeu fiévreux, habité des deux comédiens du PANTA théâtre, Véro Dahuron et Guy Delamotte, pour lesquels le texte a été spécialement écrit, transcendent. Un bijou de férocité salvatrice, un cri déchirant d’humanité, une ode à la vie, à la mort !
Médiapart
 
Ce spectacle est une variation, une extension, une suite possible à Clôture de l’amour (précédent succès de l'auteur, histoire d’une rupture entre deux jeunes gens). Véronique et Guy, les héros, ont vieilli. Ils n’en sont que plus bouleversants.
Télérama Sortir
 
Au Théâtre de l'Aquarium, Pascal Rambert se lance à la recherche d'un amour perdu. Écrite spécialement pour Véro Dahuron et Guy Delamotte, cette tentative de recomposition de la première rencontre décoche des flèches littéraires qui vont droit au coeur.
Le texte de Rambert est si puissant que le spectacle demeure à chaque instant bouleversant.
Les échos.fr
 
La langue de Pascal Rambert est pleine d’éclats, d’appels, de ponts lancés au-dessus du vide. Véro Dahuron est âpre, blessée, étonnante d’amour transformé en plainte. Guy Delamotte joue délicatement l’innocence étonnée et lâche de l’être masculin.
WebThéâtre
 
On pense à Philippe Quesne. À sa poésie douce-amère, absurde, qui repose sur des matériaux bruts pour dire la solitude contemporaine. Mal qui affleure derrière tout le processus mis en œuvre par le couple. Dans l’intime de reconstitution, le théâtre met les blessures à vif autant qu’il les apaise. Il est au cœur de la vie. De la mort, aussi.
La Terrasse